24 avril 2011

Les aventures de Doug

Je travaille en ce moment sur un texte pour l'AT du 17 rue des arts, Contes du XXIème siècle. Le texte (env. 11 000 cec) est en cour de fignolage, mais je vous propose déjà de larges extraits, histoire d'avoir votre ressenti, si ça vous chante ! En particulier, le prénom Doug (hommage à Douglas Engelbart, inventeur de la souris informatique), qui est un prénom masculin, vous pose-t-il problème à la lecture ? Moi je trouve que ça passe, mais bon... Bonne lecture !

Doug était une souris. Elle était chauve, mais ce n’était pas une chauve souris. Elle était blanche, mais ce n’était pas une souris de laboratoire. Elle habitait une maison, mais ce n’était pas une souris domestique. Ses oreilles faisaient clic-clic, sa queue mesurait un mètre vingt de long, et elle dormait sur un tapis. Car Doug était une souris d’ordinateur.
[...]
Elle aurait tellement voulu pouvoir explorer le monde comme ses héros, Bernard et Bianca ou Fievel. Il leur arrivait toujours des péripéties si extraordinaires ! Alors qu’elle était bloquée ici, amarrée à l’unité centrale par sa si stupide, longue et inutile "queue"… Elle qui rêvait d’aventure ne pouvait visiter le monde que sur écran…
[...]
Doug fut brutalement tirée de son rêve par les hurlements de maman. Apparemment, une souris, une vraie, avait réussi à pénétrer dans la maison ! Lorsque papa arriva, maman leva une main tremblante et pointa le doigt dans la direction du meuble informatique. Les enfants faisaient des yeux ronds comme des assiettes ! Doug comprit pourquoi lorsqu’elle vit son reflet dans l’écran noir.
[...]
La souris emprunta le conduit central. Le carnassier se mit aussitôt à sa poursuite. Doug ne s’était pas encore tout à fait remise de sa première course-poursuite et était déjà à bout de souffle. Le matou allait planter ses griffes dans sa chair d’un instant à l’autre ! Il bondit, et Doug sentit qu’on l’attrapait par le bras. Sa vie de souris n’aurait pas duré longtemps ! Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle était dans une cavité à côté du vilain rat.
[...]
Rodin lui demanda ce qu’elle faisait dans les bas-fonds. La souris répondit qu’elle s’était perdue en suivant l’odeur d’un bout de fromage. Pour changer de conversation, et surtout pour ne pas avoir à expliquer qui elle était réellement, Doug lui parla du temple des rats. Rodin n’en avait jamais entendu parler.
[...]
Maintenant qu’ils étaient à découvert, les myopotames commençaient à gagner du terrain. Rodin s’arrêta alors brutalement. Le vieux matou borgne arrivait face à eux, son sourire carnassier révélant ses monstrueux crocs ! Ils n’avaient plus le choix : Doug eut beau objecter qu’elle ne savait pas nager, Rodin lui pris la patte et l’entraîna avec lui dans les eaux noires.
[...]
Lorsqu’elle se releva, elle comprit pourquoi son compagnon avait ce petit sourire sur le museau. Ils étaient devant une boutique dont l’enseigne indiquait en lettres dorées "Aux mille fromages". Ils avaient réussi ! Rodin lui apprit toutefois qu’ils ne pourraient jamais entrer dans la fromagerie car elle était habitée par un homme ! Pour le rat, c’était rédhibitoire. Mais Doug n’avait pas fait tout ce chemin pour reculer si près du but ! En plus, elle avait un plan…
[...]
Alors si un soir, en vous levant la nuit pour vous désaltérer, vous voyez une lumière bleutée provenir du bureau, poussez la porte. Peut-être aurez-vous la surprise de trouver un rat surfant sur la toile à côté de votre souris d’ordinateur.

3 commentaires:

Irène a dit…

ah moi j'aime bien, on a envie de lire pour savoir la suite...
bonne continuation
Irène

Xavière Broncard a dit…

C'est très original. J'aime bien aussi...
Par contre pour le prénom Doug, j'ai eu du mal à m'habituer au féminin.

The_Shrike a dit…

Merci pour vos commentaires ! C'est rassurant de voir qu'on est pas tout seul à trouver une idée bonne :)
Doug n'est plus, ce sera désormais Abby (son compagnon, ex-Rodin, récupère du coup ce pseudonyme). C'est vrai que c'est mieux ainsi.